Un mois avant le départ…

Mon départ étant fixé « début janvier 2014 » mais ayant déjà plus ou moins confirmé la date avant de le faire définitivement avec l’achat du billet, ça y est, je pense pouvoir dire qu’il ne me reste enfin plus qu’un mois à vivre en France.

Pourtant, d’humeur un peu sentimentale aujourd’hui, là, devant mon ordinateur au travail à suivre ma petite routine professionnelle (glandage, donc), je réalise qu’en fait le temps passe vite quand même…
Plus que deux semaines avant de quitter définitivement un emploi qui aura été le mien pendant 5 ans.
Plus que trois semaines avant de rendre mon appartement.
Plus qu’un mois avant la fin des dimanches aprem’ chez la mamie et les parents, des séances de ciné impromptues avec la carte UGC, des cafés avec les collègues après le déjeuner, des footing à 7h du mat’ dans le bois de Vincennes, du fromage pas cher, des « yop » du matin sur IRC, du bashing quotidien de François Hollande aux infos, des pains au chocolat frais le samedi matin.

C’est vrai quoi, même si je ne peux pas dire que je sois transi de peur à l’idée de changer complètement de vie dans quelques semaines, après tout c’est bien un rêve que je m’apprête à concrétiser, je réalise que dans un mois je quitterai une vie qui aura été mienne pendant 30 ans : Je sortirai de ce quotidien confortable et sécurisant pour aller me fourrer dans un coin rempli de tsunamis, de séismes, de radiations, de bouffe à base de poisson et de gens qui parlent une langue bizarre.

Quand je discute avec des proches ou des amis de ce projet, on me fait souvent remarquer que « je dois être impatient de partir ». Hé bien en fait, c’est plutôt l’inverse. Je réalise que tout ça sera bientôt terminé et au final, je tente plutôt de savourer les derniers instants de normalité avant le grand saut, à l’aide de trucs bizarre comme de regarder les gens dans les transports, les écouter parler, les enregistrer. Sortir simplement pour marcher une petite heure dans des rues de Paris choisies au hasard, traînasser à La Défense après le taf pour regarder les immeubles illuminés, assis sur les marches de la Grande Arche, ou encore prendre des dizaines de photos des coins connus depuis mon enfance alors que jusqu’à maintenant ils étaient totalement transparents pour moi. Faut dire que l’Essonne, question romantisme…

Et même déguster du saucisson avec du vin avant de mater mon film, le genre de chose que je ne pensais pas pouvoir apprécier avant mes 70 ans (le simple fait de prendre des photos de bouffe démontre de toute façon un gros changement.) :

vinsaucisson

Bon ok, c’est pas du saucisson de compet’ et le vin était franchement pas top :/

C’est vrai, c’est seulement maintenant que je comprends vraiment que je m’apprête à quitter un certain quotidien que je commence à véritablement l’apprécier. Nul.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Un mois avant le départ… »

  1. Pleure pas mon petit chat. C’est pour la bonne cause. Si tu veux je t’enverrai du Saint Agone (Saucisson sans un pet de gras… ou presque). Et du bon vin aussi, si ça te chante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s