Tomato rāmen!

Quand on visite le Japon et notamment en flânant dans les rues de Tokyo, on comprend rapidement que la cuisine tient une place prépondérante dans la culture locale tant le nombre de petites échoppes et restaurants bordant les avenues de la capitale est grand.

C’est évidemment le cas dans de nombreux autres pays mais ici, je crois qu’il est facile de dire que cet aspect de la société est élevé à un rang quasi artistique, des mets raffinés les plus traditionnels aux plats importés puis réarrangés à la mode japonaise, en passant par tous les types de plats étrangers possibles et imaginables selon des recettes au moins aussi bonnes, si ce n’est meilleures que les originales.

Je n’aurais de toute façon pas la prétention de faire étalage ici d’une connaissance en la matière que je ne possède pas, d’autant que ne mangeant pas de poisson et autres fruits de mers je passe à côté d’une grosse partie de la gastronomie nippone, mais je souhaiterais au moins vous parler dans cet article des rāmen (ラーメン, prononcez « Laamen »), un sorte de bouillon de nouille originaire de chine avec toute une panoplie d’assaisonnement et d’accompagnements dont vous trouverez le détail dans l’article Wikipédia associé, et notamment du tomato rāmen que j’ai pu tester pour vous chers lecteurs, et avec lequel j’ai littéralement ressenti un orgasme buccal lors de mon premier essai.

Mais avant de continuer, notez que si le rāmen est un plat que l’on peut considérer comme basique et très courant, un soin tout particulier est apporté à sa conception par l’ensemble des cuisiniers de l’archipel. D’ailleurs, si la préparation du bouillon est évidemment primordiale, la cuisson des nouilles (proche de la cuisson « al dente » je suppose) est également gage de qualité, et les japonais sont très exigeants à ce sujet quand ils commandent un rāmen. En conséquence ils évitent de trop tarder à le manger pour éviter que les nouilles ne mijotent trop longtemps dans le bouillon et perdent leur consistance particulière.

Petite digression, c’est d’ailleurs de là que vient cette façon hyper bruyante de manger les nouilles à grand renfort de « sluuuurp » : si on lit souvent dans les médias occidentaux qui en parlent que c’est « parce que ça prouve que le plat est bon et ça ne se fait pas de manger sans faire de bruit », en fait c’est tout bêtement parce que les nouilles sont chaudes et que ça permet de manger vite sans se brûler la bouche.
Bon après, faut avouer qu’on entend parfois des gens manger leurs nouilles de manière assourdissante alors qu’elles sont servies froides, mais je suppose que c’est une habitude qui finit par avoir la vie dure… Je précise aussi que généralement les femmes font moins de bruit que les hommes simplement parce que comme nous, elles ne trouvent pas ça super élégant.
Perso, pas moyen, je n’arrive pas à m’y faire du coup j’évite de manger trop bruyamment quitte à passer pour un touriste 😀

Cela dit revenons au sujet de cet article, le tomato rāmen, ici avec une bonne dose de fromage optionnel parce que je suis un gros:

Tomato-ramen-0003

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un rāmen accompagné d’un bouillon de tomate dont l’objectif est de proposer un mélange de cuisine italienne (d’où le fromage dans les nouilles <3) et japonaise, en tout cas c’est la prétention de la petite chaîne de restaurants « Taiyo no Tomatomen » spécialisée dans le tomato rāmen, qui s’efforce de préparer les principaux ingrédients elle-même : le bouillon de tomate est cuisiné et mis en bouteille par l’enseigne (on peut même acheter les bouteilles pour 1200 yens soit environ 9€) et les nouilles, dont les ingrédients principaux sont la farine de blé et le lait de soja ou « tonyu », sont directement préparées dans le restaurant qui les sert.

Tomato-ramen-0002

Tomato-ramen-0006

Les nouilles de cette enseigne ont la particularité d’être plus fines que les nouilles classiques et donnent l’impression de manger un rāmen plus léger que la moyenne. Ajouté à ça le côté « sain » et non huileux du bouillon de tomate servi avec toute une panoplie de légumes, et vous comprendrez pourquoi le tomato rāmen est très populaire auprès de la population féminine japonaise.

Tomato-ramen-0004

Une fois les nouilles terminées, ce restaurant propose d’utiliser le restant du bouillon pour préparer un risotto avec un mode d’emploi dans le menu, moyennant un supplément de 1,20€ : on nous apporte un petit plat de riz assaisonné en conséquence notamment avec du basilic, puis on y ajoute le fond du bouillon pour terminer la préparation.

Tomato-ramen-0005

Sans déconner, ce plat est une merveille et si un jour vous passez au Japon, je ne peux que vous conseiller de vous rendre dans un restaurant de cette enseigne pour vous faire une idée. Et même si on est plus proche d’un plat occidental que typiquement japonais avec le tomato rāmen, le résultat sera le même et vos papilles s’effondreront de bonheur au contact de ces saveurs incroyablement enivrantes, le tout pour une somme plus que raisonnable : 1000 yens environ avec le risotto, soit à peu près 7,5€. Le prix d’une pastabox+déssert industriel décongelé à la Défense quoi.

Et j’ai même pas été payé pour faire de la pub.

La galerie photo complète et en HD de mon passage dans le restaurant ici.

Pour les infos, le site internet de l’enseigne ici (en japonais mais y’a quelques photos).

Tomato-ramen-0001

Publicités

8 réflexions au sujet de « Tomato rāmen! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s