Un weekend à Aomori

Je me suis rendu début février dans le nord du Japon et plus précisément dans la préfecture d’Aomori avec deux objectifs pour le weekend : profiter d’un onsen (sources thermales) et surtout voir de la neige. Loi de Murphy oblige, c’est le jour de mon départ que s’abattait sur Tokyo la plus grosse tempête de neige depuis 50 ans, mais ça ne m’a pas empêché de sauter in extremis dans le train avant que tout ne soit enseveli dans la capitale.

Pour situer un peu la préfecture d’Aomori se trouve au nord de l’île principale de l’archipel nippon, Honshū, et en hiver il y fait généralement plutôt froid en plus du fait que ça commence à fleurer bon la campagne montagnarde profonde dans ce genre de coin, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Aomori-ken-02

Aomori est la première productrice de pommes du pays et par conséquent, de nombreuses spécialités agrémentées de pommes sont proposées à tous les coins de rues, et pour y avoir goûté (jus de pomme chaud, mousse à la pomme, tarte aux pommes) je dois admettre avoir été conquis. Jetez un œil à l’album en fin d’article pour voir un peu à quoi ça ressemblait.

Une autre particularité de cette préfecture est de proposer en août le Nebuta matsuri (festival des Nebuta) qui voit défiler des chars ornés de structures en papier/carton représentant des guerriers old-school pratiquant une danse rituelle avant de se lancer dans la bataille. Le site officiel du festival avec quelques photos/explications ici.
C’est plutôt kakkoi (« classe ») comme on dit dans le jargon, et faut avouer que ça un certain goût de folklore local. Moi en tout cas, j’apprécie.

Aomori-ken-04

J’aurais bien aimé explorer un peu plus profondément cette partie du Japon mais le temps alloué étant bien trop court pour sortir des sentiers battus, je me suis satisfait d’un weekend en trois étapes avant le retour au bercail.

Dans un premier temps c’est donc vers la ville d’Aomori, capitale de la préfecture du même nom, que je me suis dirigé et en toute honnêteté en dehors de la neige, cette ville n’avait rien de particulier au premier coup d’œil.
Du coup à part les montagnes en arrière plan et quelques bâtiments design, je n’ai pas eu grand chose à me mettre sous la dent pendant les deux heures où je suis resté.

Aomori-ken-01

En revanche, de nombreux gosses couraient un peu partout affairés à construire des bonhommes de neige ou faire de la luge dans les parcs ou les rues enfouis sous la neige, tout en profitant des mini-jeux qui jalonnaient la zone portuaire en raison d’un festival hivernal (notamment un petit jeu visant à retrouver un objet à l’aide d’un détecteur à métaux, j’y aurais bien participé mais je me serais probablement fait jeter par la foule de mioches en délire)
Du coup, assailli que j’étais par les rires et la blancheur immaculée de l’endroit, je suis parvenu à me laisser conquérir par le charme de l’atmosphère locale avant de reprendre le train pour ma prochaine destination.

Deuxième étape, le village d’Ajigasawa où j’ai pu passer la nuit dans un ryokan (hôtel traditionnel japonais qui fera l’objet d’un article ultérieur #TeasingDeFolie) et profiter d’un onsen (sources thermales, donc, un classique du Japon qui fera également l’objet d’un article ultérieur #TeasingDeFolie²). Dans ce genre d’endroit, tout est fait pour que le client soit tout à fait relaxé et chaque détail compte, y compris lorsqu’il s’agit de disposer d’une cours intérieure digne de ce nom :

Aomori-ken-03

Mais Ajigasawa, ce n’est pas qu’un ryokan et des sources d’eau chaude. En réalité, ce village est même plutôt connu au Japon pour être le lieu de vie d’une célébrité dont l’effigie est représentée aux quatre coins de la préfecture d’Aomori : Wasao, le chien moche-mignon dont l’histoire a ému tout un peuple.
D’ailleurs si vous voulez en savoir plus sur Wasao, mon article à son sujet apportera les réponses à ces questions qui torturent forcément votre esprit au moment de lire ces lignes.
Pour la forme, une statue de glace érigée en l’honneur de cette déité croisée au détour d’une balade :

Aomori-ken-06

Le lendemain, après un repas de spécialités locales et une -bonne- nuit sur un futon de circonstance, direction la dernière étape avec la ville d’Hirosaki. Pour la faire courte, il s’agit de l’ancienne capitale de la région qui a même droit à son petit château local au passé historique relativement fourni.
La photo romantique sous la neige :

Aomori-ken-05

Après la découverte du château et de son domaine alors lui aussi infesté d’enfants pour cause de festival, il était temps de plier bagage pour le retour à la maison.
Trois heures de train quand même.

Pour l’album photo complet de l’escapade et une description plus poussée de ma visite, c’est par ici.

A bientôt pour de nouvelles aventures ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s